L'auteur

 

LE MONDE DE JULIETTE

De Bridget Jones à la Ménagère de - de 50 ans, le Blog des Femmes qui veulent Tout : Famille, Carrière, Amour, Gloire et Beauté !

______________________________ 

Pourquoi ce blog ?

La question serait plutôt : pourquoi avoir attendu si longtemps ? Alors que j’ai l’ambition de vivre mille vies en une, que je vis ma vie pour la raconter aux autres, que le sens de ma vie c’est de créer du lien et de partager mon expérience pour que d’autres en profitent, j’ignorais que la réponse à ma quête s’appelait blog (en savoir plus ? cliquer ici).

 Vue----la-t--l--.jpg

Qui suis-je ?

Comment ? Vous ne me reconnaissez pas ? Malgré ma carte American Express et mes titres de gloire ?.... Hélas ! J’aurais pourtant bien voulu faire « connu » comme métier mais l’option n’existait pas dans les tables d’orientation. Alors j’ai fais carrière dans la communication et le développement commercial… toujours titillée par le syndrome « j’aurais voulu être une artiiiste » et sans rien lâcher de mes rêves.

A 25 ans, je créais ma boîte, à 29, j'inventais Juliette, mon double virtuel, à 30, je retournais à la fac, à 33, je trouvais l’homme de ma vie, à 36, je devenais chroniqueuse télé chez Christine Bravo, à 37, je faisais mon premier bébé, à 38, je publiais mes guides et surtout mon premier roman aux Editions Stock, on a même fini par me consacrer une chanson :0016:

A 40 ans… le temps est venu de partager tout ça avec vous !


Et depuis le blog ?

Un deuxième bébé né le 4 août 2007, et plein de bouquins dont :

mais aussi un job d'auteur dans
Les Nuz sur Comédie ! et surtout la participation à la nouvelle collection "futile mais fondamentale" de guides psycho-humoristiques de Hachette
On n'est pas des Courges
,
écrite exclusivement par des blogueuses, dont moi pour 7 titres



Courge-Tout-G--rer.jpg

 

 

 Pour en savoir plus, visitez

le mini-site créé par Hachette,

consultez ma bibliographie,

lisez les billets sur
Un Livre, Un Jour
ou la chonique de la TSF sur YouTube, et cliquez ici
pour laisser vos commentaires,
critiques, feed-back, soutiens...

Comment me soutenir ? 

Si vous aimez ce blog, n'hésitez pas à le faire savoir en passant par la case Recommander. Pour contribuer à le faire vivre, rien de mieux que de laisser un Commentaire sous le billet qui vous inspire. Pour être informé en exclusivité des nouveaux billets, il suffit de mettre votre e-mail dans la rubrique S'abonner. Et si tout cela ne suffit pas, vous pouvez aussi me laisser un message ici :  csandner@wanadoo.fr

  

Merci...  à tous ceux qui m’ont apporté leur soutien : Corinne, mon inspiratrice, Stanislas, mon grand bidouilleur informatique dévoué, Marika pour ses souvenirs de Douce France, Christophe pour la mascotte à six bras, Mimi pour le design de la chronique, Eric pour la création de  la bannière et Dom sans qui elle ne serait toujours pas pleine page. Merci à tous mes lecteurs et commentateurs qui donnent à ce blog sa raison d’être.

Recommander

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Ça y est j’attaque mon deuxième bouquin « Trouver (enfin) l’homme de sa vie » et j’ai besoin de VOUS, de vos idées, de vos commentaires, de vos expériences, de tout ce que la vie et les hommes vous ont appris à ce sujet. Pour stimuler votre inspiration, voici les 10 règles d’or que mes 15 années de recherche acharnée de l’âme sœur (aboutissant quand même à un mariage avec progéniture, c’est encourageant !) m’ont enseignées.


1. Quand on est dans une relation, c’est déjà trop tard car nous sommes ainsi faites que nous avons besoin de savoir, d’aller au bout de l’histoire d’autant plus stimulante qu’elle est bancale. Il faut donc profiter de l’espace entre deux histoires, pour travailler sur nous-même et évoluer dans nos choix.


2. Tant que la femme ne prend pas la responsabilité de la relation, tant qu’elle ne comprend pas qu’on ne « tombe » pas sur un homme, mais qu’on le « choisit », fus-ce inconsciemment, elle se condamne à revivre éternellement les mêmes histoires, à répéter les mêmes schémas.


3. Avant d’être attirée par l’homme normal de chez normal, la femme doit se frotter aux « salauds », aux hommes imprévisibles, qui lui échappent, tellement plus excitants que ceux qui rentrent au bercail tous les soirs. Elle a besoin de vivre des relations tumultueuses… pour mieux en revenir.


4. Le Prince Charmant nous a tellement pourri la vie qu’il faut du temps pour qu’une femme renonce aux chimères pour apprécier un homme ancré dans la réalité, pour choisir un homme sur ce qu’il est et non sur son « potentiel », pour comprendre enfin que la femme change mais que l’homme ne change jamais dans sa nature.


5. Une fois consommé l’amour passionnel (et pour peu qu’elle en revienne), la femme est prête pour un amour plus rationnel (là, j’ai du perdre la moitié de mon lectorat) où ELLE décide de quel type de compagnon elle veut dans la vie et définit des critères de sélection basés sur ses besoins et son expérience.


6. Car se connaître et mettre en pratique l’expérience, voilà le seul moyen d’évoluer et de ne pas réitérer éternellement les mêmes erreurs. Ça s’appelle la maturité. C’est pourquoi il faut parfois deux mariages pour y arriver, la première fois on épouse son fantasme, la seconde fois on épouse la réalité.


7. Il n’existe pas de formule magique mais une chose est sûre : 100% des gagnantes ont tenté leur chance ! Trouver l’homme de sa vie relève aussi de l’équation mathématique, il faut ratisser large, sortir, multiplier les opportunités de rencontrer quelqu’un, qui connaît quelqu’un, qui connaît quelqu’un…


8. L’homme de notre vie est comme un parachutiste. Certes on ne peut pas influencer la localisation de son saut ni sa direction ni la force du vent, mais on peut dégager le terrain, mettre des oriflammes, faire de grands signes pour qu'il se pose là où il faut.


9. Il faut savoir renoncer au coup de foudre, à « l’homme de sa vie » qu’on voit arriver en cinérama avec une voix intérieure qui nous hurle en dolby stéréo « c’est lui » car ce n’est qu’à la fin de sa vie que l’on saura si c’était bien lui (ben oui, je sais, ça jette un froid).


10. Par contre, si à un certain moment, ça ne fait pas tilt, si le clic n’opère pas, inutile d’insister car cette magie du couple, de deux âmes qui se reconnaissent, c’est la seule chose qui ne s’invente pas, qui ne se force pas.

Voir aussi les premiers résultats de mon investigation ici et !

Vendredi 6 octobre 2006 5 06 /10 /Oct /2006 11:33
- Voir les 30 commentaires - Publié dans : Nos Amis les Hommes - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Chronique

 

Zen, la rentrée !

L’homme n’est vraiment pas une femme comme les autres. Et quand je dis l’homme, je pense surtout au papa. D’abord parce que l’homme, par une étrange équation que je ne saurais expliquer, gagne en séduction avec un mouflet dans les bras. Paraît même que certains mâles en chasse empruntent leur nièce ou filleul pour attirer les femmes aux abords des bacs à sable. Et j’avoue que personnellement, rien ne m’émeut plus que de croiser au petit matin un de ces businessmen en costard cravate flanqués de leur progéniture à livrer sur le chemin de leur réunion avec Duboss. J’en voyais un l’autre jour dans le métro, follement séduisant, tout imprégné de son importance, avec l’assurance de celui qui jongle tous les jours ainsi entre son mobile, son portable et son porte-bébé (alors que ce, si ça se trouve, il n’a accepté cette mission que contraint et forcé, parce que sa femme est cloué au lit et que sa belle-mère est partie en croisière Costa pour récupérer de son dernier week-end avec le rejeton en question). Déjà, une femme se serait sentie obligée de trimballer un barda pas possible alors que monsieur semblait se contenter de son attaché-case. Ensuite, aucune mère digne de ce nom n’aurait toléré que bébé arbore comme ce fut le cas, pendant tout le trajet, une grosse crotte dans l’œil que monsieur ne semblait même pas remarquer. Enfin, nulle femelle n’aurait su garder le calme olympien de monsieur quand sa progéniture se mit à brailler au milieu du flot de voyageurs franciliens mal embouchés. Et je me suis dis que, décidemment, nous autres femmes aurions parfois intérêt à nous inspirer d’eux, qui se prennent tellement moins la tête et dont la zénitude ne semble en rien nuire au bien être de leur mouflet. C’est à peine croyable et pourtant avéré : Quand papa décidé sur l’inspiration du moment d’aller se balader avec bébé en oubliant la moitié des affaires que nous jugeons indispensable, sans prendre de précaution particulière, sans vérifier ni la météo, ni l’état des routes, ni le niveau de propagation de la grippe A dans le quartier, notre petit revient généralement entier, ravi, en pleine forme et en parfaite santé. Alors, les mamans, pour leur bien comme pour le nôtre, si on lâchait un peu du lest ?       


Commentaires

Juliettorama (suite)

  • Promo-Emission-Bien-Etre-Direct-8.jpg

Commentaires

Juliettorama (suite)

  • Promo-Emission-Bien-Etre-Direct-8.jpg

W3C

  • Flux RSS des articles

Recherche

Présentation

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés